son histoire

 

Masthod en l'an 1141, Mastoud en 1235, Mathod en 1382. Le village avait dès le 12e siècle une église dédiée à St-Martin; on cite plusieurs curés entre autres Etienne de Brenles en 1448. Dix ans plus tard elle devint filiale de St-Christophe. Après la Réforme, une nouvelle église fut construite, avec une chaire datant de 1691 et était ornée de peintures; elle fut remplacée par l'église actuelle  construite entre 1936-1938 sur un autre emplacement et inaugurée au printemps 1938.

 

L'Abbaye des Lacs de Joux posséda dès l'an 1141 des terres dans la localité. En l'an 1370, Louis, Comte de Neuchâtel, seigneur de Champvent fit un échange avec le Comte de Savoie et lui remit tout ce qu'il possédait à Mathod et à St-Christophe. Plus tard, la plus grande partie du village dépendait de la seigneurie de la Mothe. Les seigneurs de Champvent y conservèrent certains droits mais en 1747 l'un d'eux affranchit les gens de Mathod de toute corvée moyennant paiement d'une somme de 2000 florins.

 

Pendant l'époque de la domination bernoise, le village formait une châtellerie avec cour de justice particulière formée du châtelain et de six jurés. La localité était administrée par un conseil de 10 membres. Durant le 18ème siècle, le château fut la résidence de familles nobles bernoises: les seigneurs de Weiss, Thorman et Burmann; après la révolution de 1798, un réfugié français nommé Baudiman vint y trouver asile. Au 19ème siècle ce sont les familles Robert puis de Rham qui y habitent. 

 

Les armoiries de Mathod portent: palé d'argent et d'azur, à la bande dentée de gueules chargée de trois têtes de chat d'or; ce sont celles des sires de Champvent auxquelles on a ajouté les trois têtes de "mathous".

 

Notice extraite du dictionnaire historique vaudois de Mottaz par A. Henchoz.

Modifié le : 28.04.2015